Ma dépression ne me vole pas ma capacité à être une très bonne mère

Santé Mentale
Mère de race mixte touchant le front avec une petite fille mignonne.

fizkes/Getty

Aujourd'hui, maman est triste. Je ne sais pas pourquoi. Le soleil brille. C'est une chaude et douce journée d'été. Mon fils est à la garderie et ma fille de huit ans joue à la poupée. Elle rit et vit sa soi-disant meilleure vie. Et les choses se passent bien. Le travail est stable; la vie est belle. Mais je ne suis pas. Je n'y suis pas allé depuis un certain temps.

Pourquoi? Parce que j'ai une maladie mentale. Je vis avec un trouble bipolaire, un trouble anxieux et un SSPT, et l'un des symptômes du premier est la dépression. Je traverse des périodes d'impuissance, de désespoir, de tristesse et d'apathie, et aujourd'hui, je me bats.

Bien sûr, je ne suis pas fier de cet aveu. Le dire à voix haute - ou l'écrire - me remplit de culpabilité et de honte. Je vis avec une maladie mentale depuis 20 ans, pour l'amour de Dieu. Je devrais être capable de mieux gérer ces moments. Une partie de moi croit toujours que je devrais pouvoir m'en sortir, surtout maintenant que je suis parent. Maintenant que je suis maman. Parce que mes enfants ont besoin de moi. Ils dépendent de moi. Et voir maman bouder la maison – et pleurer en boule sur le canapé – n'est pas idéal. Ça me fait me sentir comme une mauvaise mère. De plus, la dépression les prive (et moi) de plaisir et de frivolité, de moments joyeux et de souvenirs heureux que nous ne parvenons pas à créer.

Mais un ami cher m'a récemment rappelé que je ne suis pas une mauvaise mère parce que je avoir une dépression . Je suis juste une maman formidable qui souffre de dépression - et oui, il y a une différence.

kohei_hara / Getty

Similac rappel 2022 recherche

Vous voyez, la dépression fait partie de moi, mais ce n'est pas tout de moi. C'est une maladie que je traite quotidiennement - avec des pilules, des médicaments et une thérapie ; alimentation, exercice et cohérence. Et bien qu'il soit de nature mentale, c'est une condition valide, tout comme le cancer ou les maladies cardiaques. Et j'ai besoin de le savoir et de l'accepter. Je dois également reconnaître que, dans le traitement de ma maladie, je suis une bonne personne et un parent qui fait de son mieux avec les outils dont je dispose.

Est-ce que ça me fait me sentir mieux ? Oui et non. La connaissance est la clé. Savoir que je ne suis pas seul aide, mais des jours comme aujourd'hui, c'est toujours difficile. Je me sens coupable des images que nous n'avons pas dessinées, des jeux auxquels nous n'avons pas joué. J'ai honte quand le poids de la dépression me retient littéralement et que je ne peux pas sortir du lit. J'ai le cœur brisé quand mes enfants disent je t'aime et je ne ressens rien. Quand je suis si engourdi, je ne peux pas ressentir le cadeau qu'ils me font, et je me bats contre la colère. Quand je m'en prends à mes enfants sans raison parce que maman ne peut pas gérer le stress. Parce que maman ne peut pas gérer la vie, ou la situation actuelle.

cible de rappel similaire

Cela dit, il y a des avantages à ma maladie. À certains égards, la dépression fait de moi une meilleure mère parce que, quand je ne suis pas malade – quand je ne suis pas triste et que je ne fais pas de vélo ou paralysée par mes sentiments et ma peur – je suis pleinement présente. J'apprécie chaque instant que nous passons ensemble, chaque seconde où je peux les respirer.Quand je ne suis pas malade, je suis vulnérable. Je parle à mes enfants des émotions et des sentiments. J'explique que parfois maman est triste. Et quand je ne suis pas malade, je suis active, dans leur vie et la mienne. Nous courons et faisons du vélo; nous nageons, marchons et randonnons. Et cela, à son tour, crée des souvenirs.

Olivier Rossi / Getty

Je me présente quand je peux, et ça compte. De plus, à cause de ma maladie, mes enfants ont appris le sens de l'empathie et la valeur des excuses - parce que, croyez-moi, je m'excuse beaucoup - et c'est inestimable. Ils sont capables de grandir dans l'œil de ma tempête de maladie mentale.

Ne vous méprenez pas : j'aimerais ne pas être déprimé ou avoir une dépression. J'aimerais pouvoir profiter de la présence de mon fils ce matin quand il a dormi sur moi ou quand il a déposé un baiser frais et humide sur ma joue. J'aimerais ne pas avoir à faire la sieste aujourd'hui juste pour fonctionner et être semi-conscient - et semi-présent. J'aimerais ne pas être parent de la chambre cette semaine et avec la télévision. Je ne peux pas vous dire combien d'heures de Jessie ma fille a consommées. Et je souhaite… eh bien, je souhaite beaucoup.

Mais je continue parce que j'en ai besoin. Parce que je ont à. Et je continue car mes enfants méritent un parent présent et persévérant. Ils méritent une maman qui n'abandonne pas. Une maman qui, malgré sa dépression, est une très bonne maman.

Partage Avec Tes Amis: